Lean > EditorialSite (r76)    Changements récents | Index | Recherche | Go
  • Accueil
  • Le Projet
  • Actualités
      Lettres J Womack
      Lettres D Jones
      Gemba Coach
  • Publications
      Bibliographie
      GlossaireLean
  • Présentations
  • Le Réseau
      AnnuaireDuLean
      Formations
      Stages/Emplois
      FoireAuxQuestions
      Club des traducteurs
  • Videos
  • Beta-Services
      Recherche
      Achat de livres
      Carte du lean
  • Séminaires
  • RSS

  • Lettre d'information

    - Pour être tenu(e) au courant des nouveautés du Projet Lean Entreprise, laissez-nous votre adresse électronique :

    Projet Lean Entreprise
    Département SES
    Télécom Paristech
    46 rue Barrault
    75634 PARIS Cedex 13
    Tél. 01 45 81 74 01

    Contact mél
    Se rendre à Télécom Paristech

    Toutes les rubriques
    Admin


    Editorial Invité de Catherine Chabiron : "Une informatique Lean pour une entreprise Lean"

    Une entreprise Lean peut-elle se passer d’une Informatique Lean sur ses sites de production ? Une entreprise Lean qui développe ses ressources de production en amélioration continue peut-elle omettre d’y associer ses informaticiens ?

    Quand et comment l’informatique impacte-t-elle les sites de production d’une entreprise Lean ?

    Dans l’entreprise Lean, organisée en flux tirés, le kanban a largement mordu sur le périmètre traditionnel de l’informatique : la production est lancée par le kanban de remplacement émis par le processus aval, et il n’y a plus besoin d’ordres de fabrication. Mais l’Informatique reste néanmoins indispensable.

    Quelques exemples de zones critiques où l’informatique peut impacter votre qualité et / ou votre taux de service :

    • certains messages EDI du client restent bloqués dans les tuyaux, parce qu’un paramétrage a légèrement changé, ou tout simplement par manque de contrôle régulier de ces messages. Ou encore parce que le système ne trouve pas une séquence en « juste à temps » et bloque l’intégration des suivantes.
    • un job informatique « plante » et empêche l’impression d’une liste de prélèvement ou d’un bon d’expédition ou d’une facture (le camion ne part pas à temps).
    • un algorithme calcule mal le lissage des approvisionnements, ou des paramètres erronés font acheter trop ou trop peu.
    • le transfert d’une information de température entre un automate et le système de gestion de production bloque et empêche le passage à l’opération suivante.

    Une Informatique Lean doit donc être inlassablement dans l’usine (Gemba), pour prévenir, tester avant de livrer, mais aussi comprendre, réagir et monter des solutions qui empêcheront que le problème ne se reproduise.

    Comme dans l’usine, les informaticiens de l’entreprise Lean doivent donc être associés au processus d’amélioration continue.

    L’Informatique Lean doit rendre ses problèmes visibles (management visuel) et mesurés. Et quand ils le sont, il faut apprendre à les résoudre efficacement. Donc l’Informatique de l’entreprise Lean doit introduire dans son savoir faire tous les concepts du Jidoka : contrôle de la qualité, prévention au moment du développement, méthode scientifique (A3, QRQC …), qui déboucheront à leur tour sur la définition de standards.

    Un exemple : la production a été arrêtée dans l’usine pendant 1 heure et demie. Il a fallu redémarrer un commutateur informatique. Des discussions s’engagent sur le temps que cela a pris : pourquoi un tel temps de réaction, que faut-il changer dans les outils d’alerte etc .. ? En fait, il s’avère que le temps a été essentiellement consacré à trouver un engin de levage et du personnel autorisé pour atteindre le commutateur, situé très au-dessus des lignes de production pour éviter un arrachage lors de manutentions de produits. Comment utilise-t-on cet incident pour prévenir que cela ne se reproduise dans cette usine, mais aussi dans toutes les usines du Groupe ? Comment améliorer le standard de positionnement des commutateurs et / ou de leur accès ? Quel commutateur standard choisir pour éviter ou réduire ce genre de panne ?

    Quels standards pour l’Informatique Lean ?

    Comme dans l’atelier, l’informatique lean va devoir développer des standards de travail (livrer un système en temps et en heure, gérer une interface ou le réseau, organiser un transport en production) pour améliorer la valeur de ses prestations, telles que :

    • comment rendre le support efficace ? comment lisser et accroître la fréquence de livraison de nouvelles fonctionnalités ? comment tester le code ?
    • comment réduire le nombre de problèmes que créent les utilisateurs, par manque de formation, de contrôle et/ou d’ergonomie (paramètres erronés, données manquantes, séquence de saisie non respectée) ?
    Elle devra également développer des standards techniques (comme par exemple le choix des commutateurs) :
    • faut-il laisser chaque usine développer ses propres solutions informatiques ? Parfait pour coller au plus près des besoins du terrain, mais risque aussi de réinventer la roue.
    • ou développer des logiciels standards plus faciles à maitriser et à maintenir ? Ici, chaque site de production bénéficie en même temps des fonctionnalités lean du système (« re-use »), la maintenance et le support du système sont facilités. Mais on risque de s’éloigner du terrain, de rater des opportunités réelles d’innovation, et / ou de créer des goulots d’étranglement au niveau du design central.

    Enfin, au-delà de la livraison de systèmes, des opérations quotidiennes ou de la résolution de problèmes, l’Informatique Lean peut aussi aider l’usine à comprendre ses données et ses flux.

    Réduire ses stocks, c’est d’abord les comprendre : une usine complexe avec des centaines de références produits ne peut pas réduire ses stocks sans d’abord comprendre où ils sont (produits finis ? en cours de production ? matières premières ?...), et à quel niveau théorique ils devraient être.

    Des investigations conjointes, Informatique et Logistique, sur le terrain, permettent de mettre en commun la compréhension des flux de produits, dans l’usine et dans le système, puis de collecter des données sur les facteurs contributifs de l’écart entre stock réel et théorique. En aidant à éliminer les points sous contôle et à se concentrer sur les points faibles, l’Informatique, avec sa vision globale du flux système, a une vraie valeur ajoutée.

    Le sujet vous intéresse ? Vous êtes convaincus que l’Informatique de votre entreprise doit découvrir ou mieux cerner les enjeux Lean sur son activité ? Le prochain Lean IT Summit qui se tiendra les 3 et 4 octobre à Paris abordera ces sujets. Le thème dominant cette édition sera : Driving innovation and growing your enterprise with Lean IT

    Catherine Chabiron
    IT Governance and Lean Office Director in Faurecia

    (3 septembre 2013)


    Les Anciens Editos

    Page EditorialSite . { Éditer | Attacher un fichier | Pages liées | Version imprimable | Versions }
    Page mise à jour le 2013-09-03 parMain.ThomasHouy
    Parents: WebHome
    Les contenus de ce site restent la propriété de leurs auteurs respectifs.